Comme vu dans les deux premiers chapitres, avant d'évaluer le contenu d'un message, il est important d'évaluer la source : savons-nous qui parle ? L'orateur est-il crédible ? Si la source passe ce premier examen, nous pouvons nous concentrer sur le message.

Dans la plupart des cas, nous n'avons pas la compétence pour juger par nous-mêmes si une information est vraie ou fausse. Nous pouvons toutefois adopter des stratégies pour reconnaître les nouvelles contenant des informations inventées, trompeuses ou déformées (les fake news).

Lorsque nous lisons ou écoutons des nouvelles qui parlent de ce qu'est la COVID-19, de sa propagation et de sa prévention, ou qui font des prédictions sur l'évolution de la maladie et son impact, nous devrions nous poser les questions suivantes :

  1. De quoi parle-t-on exactement ? Pensons, par exemple, à la nouvelle concernant le coronavirus créé en laboratoire : la nouvelle est vraie, mais elle parle d'un autre coronavirus. Il est important de comprendre le contexte. Lire l'article en entier et ne pas s'arrêter au titre aide à comprendre exactement de quoi il s'agit.
  2. Les nouvelles sont-elles également rapportées par les sites internet institutionnels ? Les nouvelles et les données sur lesquelles la communauté scientifique est parvenue à un consensus sont publiées sur des sites web institutionnels, par exemple le site web de l'OMS. S'assurer que les nouvelles reçues apparaissent également sur les sites web institutionnels est un bon moyen de vérifier leur fiabilité.
  3. Les nouvelles sont-elles actuelles ? Une bonne règle de base consiste à toujours vérifier la date de publication de la nouvelle. En fait, avec une pandémie en cours, de nouvelles données deviennent disponibles chaque jour. Ainsi, ce qui a été rapporté dans les nouvelles d'hier pourrait ne plus être d'actualité.
  4. La nouvelle rapporte-t-elle des faits ou des opinions ? Lorsqu'on parle de science, un article doit présenter des faits appuyés par des preuves solides (par exemple, des preuves scientifiques) et des sources fiables (par exemple, des universités ou des instituts de santé publique). Les opinions doivent toujours être évaluées avec précaution.
  5. L'émotivité est-elle au premier plan ? Nous nous méfions des messages qui exploitent notre émotivité, par exemple en présentant des histoires personnelles ou en utilisant des titres sensationnalistes. L'émotivité est souvent utilisée comme un appât pour obtenir un public.

Lorsque nous lisons ou écoutons les nouvelles, nous devons nous demander si elles sont fiables. Nous éviterons ainsi d'utiliser et de partager des informations incorrectes, biaisées ou non pertinentes.

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à commenter !

Évaluez cette publication