Buongiorno la communauté !

Je suis dans la communauté depuis le début. Lorsque j’ai commencé mon travail à la Recherche suisse pour paraplégiques en 2011, la communauté n’était encore qu’une idée, dont le but était notamment de permettre à toutes les personnes paraplégiques et à leurs proches de partager leurs idées et expériences, de poser des questions à des personnes expérimentées, d’apprendre les uns des autres et de se soutenir mutuellement.

A l’époque, j’en savais vraiment très peu sur la paraplégie. Mes connaissances se résumaient à ce que tout le monde sait : on se déplace en fauteuil roulant. Grâce à mes collègues et grâce à la première communauté qui a vu le jour en 2012, j’ai peu à peu appris que la paraplégie a des conséquences invisibles, qui vont bien au-delà du fauteuil roulant. Mais la situation est exactement la même que pour les piétons : nous posons nous-mêmes beaucoup d’obstacles sur notre propre chemin – et chacun peut accomplir des choses incroyables en les surmontant. La communauté peut être utile pour y parvenir.

Dans la vie, je suis chercheuse. Ce qui m’intéresse, c’est de comprendre comment les personnes vivent et composent avec un problème de santé chronique et d’apprendre de leur expérience. Avec mes collègues, je développe des instruments qui aident les autres personnes à mieux gérer leur maladie et à collaborer plus facilement avec les professionnels de la santé.

Dans cette nouvelle communauté, je m’occuperai de la modération dans deux domaines : l’italien et le français. L’italien est ma langue maternelle. Je suis née et j’ai grandi dans le Tessin puis, pour mes études, j’ai « émigré » en Romandie et finalement, j’ai atterri à Lucerne où je m’enracinerai peut-être. Cette ville, avec son lac et ses montagnes dans lesquelles on peut randonner les jours ensoleillés, est parfaite pour moi : ici, je me sens comme en vacances lorsque je bois un Latte Macchiato au Café Luz le dimanche après-midi. Et ici, je me sens comme une citadine quand je veux aller au cinéma ou tester une nouvelle cuisine ethnique pour le diner. En bref : Lucerne, c’est chez moi... même si j’ai encore quelques problèmes avec le Schwiizerdüütsch ;-)

A bientôt

Claudia

[traduction de la publication originale en italien]

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Évaluez cette publication