L’hortithérapie peut aider les personnes paraplégiques

L’hortithérapie est adaptée aussi bien pour les jeunes que les personnes âgées.

Le printemps approche et en cette saison, la nature s’éveille. Il s’agit du moment idéal pour se consacrer, si ce n’est déjà fait, à l’entretien des plantes et des fleurs. Pourquoi ? Parce que cette activité présente de nombreux avantages physiques et psychiques – suffisamment pour être classée en tant que traitement alternatif à part entière. Son nom ? L’hortithérapie. Voyons ensemble de quoi il retourne.

Les origines de l’hortithérapie remontent au XVIIe siècle, en Angleterre. Les patients qui ne pouvaient financer un séjour en clinique payaient le traitement moyennant des services dans le jardin de l’hôpital. Les médecins remarquèrent alors vite que ces patients profitaient de ce travail, et guérissaient par son biais plus rapidement.

Une thérapeute aide les patients à s’occuper activement des plantes.

Mais ce n’est qu’au cours des années ayant suivi les deux guerres mondiales que l’hortithérapie a été redécouverte et utilisée pour le traitement des troubles psychiques et moteurs chez les vétérans. De nos jours, l’hortithérapie est utilisée dans divers hôpitaux, établissements psychiatriques ou établissements de réadaptation.

Aux États-Unis, l’American Horticultural Therapy Association promeut la recherche, les applications thérapeutiques ainsi que la formation de thérapeutes. Ces derniers sont également formés au sein de l’Horticultural Therapy Institute de Denver, Colorado, ou encore dans de nombreuses universités telles que la Kansas State University.

En Suisse également, il existe des centres spécialisés dont l’Association Suisse pour l’hortithérapie, dans le Tessin, et la Société Suisse d’Hortithérapie, qui tiendra son assemblée générale le 22 mars 2019 à Zurich. La Haute école zurichoise pour les sciences appliquées organise une formation d’hortithérapie de 18 jours pour ceux qui souhaitent passer une formation spécialisée. Cette année, elle débutera le 5 avril à Wädenswil.

Un patient dans un jardin conçu pour les personnes en fauteuil roulant.

Mais quelles améliorations les patients atteignent-ils au moyen de l’hortithérapie ? Tout d’abord, le principal avantage de l’hortithérapie réside dans sa polyvalence et dans le fait qu’elle soit adaptée à tous, jeunes ou moins jeunes, personnes en bonne santé et personnes en situation de handicap. Dans cet article, nous nous concentrons toutefois sur les avantages qu’elle apporte aux personnes atteintes de lésion médullaire.

Des études ont montré que l’hortithérapie aide à améliorer la coordination, la tolérance à l’effort, la posture, ainsi que la force musculaire et l’équilibre. En outre, les patients parviennent à mieux gérer leurs douleurs. L’hortithérapie associée à une réadaptation normale constitue donc un complément thérapeutique précieux.

Pour conclure, il convient de souligner qu’il n’est pas forcément nécessaire d’avoir un jardin pour pratiquer l’hortithérapie. Un petit potager ou une plante d’intérieur peuvent suffire. Pour que la thérapie soit efficace, elle doit toutefois être conduite avec l’aide de thérapeutes, qui accompagnent les patients pendant la totalité du processus de réadaptation.

Un utilisateur de fauteuil roulant utilise un bac TERRAform.

Afin de faciliter l’aménagement d’emplacements appropriés pour l’hortithérapie dans les hôpitaux et les établissements de réadaptation, des produits spécifiques sont disponibles sur le marché. L’un d’entre eux est TERRAform, un bac en bois conçu spécifiquement pour les personnes à mobilité réduite afin qu’elles puissent s’occuper de leur jardin ou de leur potager.

Que pensez-vous de l’hortithérapie ? En avez-vous déjà fait l’expérience ? Est-ce que vous seriez prêt à l’essayer au printemps ?

[traduction de la publication originale en italien]

Sources des images :

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Évaluez cette publication