La religion et la spiritualité aident-elles à gérer la dépression et l’anxiété après une lésion médullaire ? 

Auteur du résumé : Jamie Lisson (Recherche suisse pour paraplégiques)

Article original : Rahnama P, Javidan AN, Saberi H, Montazeri A, Tavakkoli S, Pakpour AH, Hajiaghababaei M. Does religious coping and spirituality have a moderating role on depression and anxiety in patients with spinal cord injury? A study from Iran. Spinal Cord. 2015 Dec;53(12):870-4. Texte intégral : http://www.nature.com/articles/sc2015102.

Téhéran, Iran

Dans le cadre d’une lésion médullaire, la dépression et l’anxiété peuvent constituer des troubles psychologiques secondaires notables. Cette étude a révélé que la religion et le bien-être spirituel pourraient jouer un rôle modérateur dans la survenue de la dépression et de l’anxiété chez les personnes atteintes d’une lésion médullaire.

Quel était l’objectif de l'étude ?

Le but de cette étude était d’évaluer le niveau d’anxiété et de dépression des personnes atteintes de lésion médullaire en relation avec leur coping religieux et leur santé spirituelle. Les chercheurs ont également vérifié si les caractéristiques démographiques et relatives à la lésion des participants étaient corrélées à l’anxiété ou la dépression.

Mosquée iranienne

Comment les chercheurs ont-ils procédé ?

Les chercheurs ont examiné 213 patients adultes (165 hommes et 48 femmes) qui consultaient le Brain and Spinal Cord Injury Repair Research Center de Téhéran, en Iran. Leur âge moyen était de 33,7 ans. Les participants ont complété quatre questionnaires :

  • Un questionnaire visant à collecter des informations démographiques (âge, sexe, formation, statut marital et professionnel) ainsi que des informations relatives à la lésion (temps écoulé depuis la survenue de la lésion, lésion complète/incomplète).
  • Le Brief Religious Coping Questionnaire, visant à évaluer leur emploi du coping religieux positif ou négatif. Le coping religieux positif était défini comme la présence « d’une relation sécurisante avec une force transcendante », tandis que le coping religieux négatif reflète « un conflit sous-jacent avec soi, les autres et le divin » (les deux citations sont traduites de l’article scientifique original).
  • Le Spiritual Well-Being Scale, visant à évaluer le bien-être religieux et le bien-être existentiel. Le bien-être religieux renvoie à « la relation d’une personne avec Dieu » et le bien-être existentiel à « l’appréciation du but de la vie et la satisfaction à l’égard de la vie » (les deux citations sont traduites de l’article scientifique original).
  • Le Hospital Anxiety and Depression Scale, visant à évaluer l’anxiété et la dépression.

Les chercheurs ont employé des analyses statistiques (régressions logistiques multiples) pour examiner les réponses des participants.

Iraniens participant à un rassemblement religieux

Qu’ont découvert les chercheurs ?

Parmi les participants, 30% ont rapporté qu’ils souffraient d’anxiété sévère et 15% de dépression sévère. Les chercheurs ont trouvé que les femmes et les personnes sans emploi présentaient un risque significativement plus élevé d’anxiété. En outre, le coping religieux négatif et un score relatif faible au bien-être spirituel et existentiel étaient des facteurs contribuant de façon significative aussi bien à l’anxiété qu’à la dépression.

Que signifient ces résultats ?

Les participants qui ont rapporté un bien-être existentiel et spirituel plus grand étaient moins en proie à l’anxiété et à la dépression, tandis qu’un plus haut niveau de coping religieux négatif augmentait le risque d’anxiété et de dépression. Ces résultats indiquent que la religion et le bien-être spirituel peuvent avoir un rôle modérateur dans la dépression et l’anxiété chez les personnes atteintes de lésion médullaire.

Qui a mené l’étude ?

L’étude a été conduite au Brain and Spinal Cord Injury Repair Research Center, au sein de l’Institut de neuroscience de l’Université des sciences médicales de Téhéran, en Iran.

[traduction de la publication originale en anglais]

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Évaluez cette publication