Se préparer aux situations d’urgence en tant que personnes handicapées

Comment êtes-vous préparés aux catastrophes ? Si vous êtes suisses, vous connaissez certainement la liste des provisions d’urgence recommandée par l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays. Neuf litres d’eau potable par personne et de la nourriture pour une semaine : peu sont ceux qui prennent cette liste au sérieux, en particulier chez les jeunes générations qui n’ont jamais ou rarement vécu des catastrophes.

Depuis l’épidémie de COVID-19 et le confinement, les gens semblent accorder plus d’importance à la préparation aux situations d’urgence. Cela dépasse bien entendu les provisions de produits essentiels comme le papier toilette. Se préparer aux situations d’urgence signifie être prêt à réagir et rester en sécurité en cas de catastrophe.

Personnes handicapées : la population vulnérable

Se préparer : les personnes handicapées savent très bien ce que cela signifie, en particulier celles souffrants de problèmes de mobilité. Bien que les infrastructures soient de plus en plus accessibles, des endroits restent globalement inaccessibles pour les personnes ayant des problèmes de mobilité. En période normale, être préparé signifie moins de détours et de frustration. Mais lorsqu’une catastrophe se produit, être préparé peut être une question de vie ou de mort, même dans des pays développés comme la Suisse.

Une enquête mondiale des Nations Unies souligne certaines des raisons pour lesquelles les personnes handicapées sont plus vulnérables que les autres dans la population générale pendant et après une catastrophe. Seul 20 % des personnes handicapées ayant répondu à l’enquête pensent qu’elles peuvent partir immédiatement sans difficultés si une catastrophe survient soudainement. 71 % des sondés n’ont pas de plan de préparation en cas de catastrophe naturelle, et seulement 17 % connaissent celui de leur communauté. Ces nombres sont particulièrement inquiétants car, selon un rapport des Nations Unies, les personnes handicapées ont deux à quatre fois plus de risques de mourir lors d’une catastrophe que celles sans handicap.

überschwemmte unterführung in der schweiz

La météo extrême en Suisse a pris les gens au dépourvu cet été. Quel est le surcroît de difficulté pour les personnes handicapées qui cherchent à se tirer de situations comme celles-ci ? (Source : Archyde)

Selon le projet de recherche Hydro-CH2018, le changement climatique va continuer à affecter grandement la Suisse avec une météo plus extrême, entraînant des catastrophes naturelles comme les inondations et les averses de grêle que nous avons subies à plusieurs reprises cet été. Que faire pour se préparer à la prochaine catastrophe naturelle ou d’autres situations d’urgence ?

Établir des connexions et des plans de secours

« Où aller ? », « Qui peut m’aider ? », « Comment contacter famille et amis ? ». Ces questions simples peuvent provoquer un vent de panique si vous affrontez une catastrophe sans être préparés. Par conséquent, il est essentiel de planifier à l’avance et d’établir un plan personnel pour vous aider à réagir rapidement et de manière appropriée en cas d’urgence.

Par exemple, l’Office fédéral de la protection de la population gère un site Internet et une application appelés Alertswiss, qui permettent de rester informé de toute catastrophe ou situation d’urgence dans la zone où vous vivez. Alertswiss offre également un guide pour établir votre propre plan d’urgence, comme un enregistrement des coordonnées de vos proches, une liste pour un kit d’urgence, des plans d’évacuation, et des points de rendez-vous d’urgence en cas d’impossibilité de rejoindre le domicile.

Il est non seulement crucial de savoir où chercher de l’aide, mais aussi d’avoir quelques plans alternatifs au cas d’échec d’un plan. Dans le webinaire ci-dessous sur la préparation aux catastrophes et paralysie, il est recommandé aux personnes paralysées d’avoir une équipe de quatre personnes ou plus capables de les aider en cas d’urgence. L’équipe devrait inclure des voisins, des membres de la famille, des amis et des soignants. Elle doit comprendre une personne capable de veiller sur vous et de comprendre et accepter de se rendre là où vous vous trouvez pour vous venir en aide au cas où vous seriez coincé quelque part ou blessé.

Préparer vos kits d’urgence

Les situations d’urgence peuvent arriver n’importe où et n’importe quand. Il est préférable d’avoir des kits d’urgence prêts pour différents endroits et différentes situations. L’ADA (Americans with Disabilities Act) National Network a élaboré un tableau qui résume les provisions nécessaires pour cinq kits d’urgence différents :

  • Un kit de poche, qui doit contenir les objets essentiels en tout temps.
  • Un kit à emporter, qui doit être léger et facile à emporter en cas de nécessité de partir à la hâte sans aide.
  • Un kit à domicile, qui est vital pour votre vie quotidienne et contient des produits comme de l’eau, de la nourriture et des choses spécifiques au handicap pour être autonome quelques jours à la maison ou dans un centre d’évacuation.
  • Un kit de chevet, qui doit contenir des choses dont vous pourriez avoir besoin si vous êtes coincé.
  • Un kit de voiture, qui doit contenir des choses vous permettant d’évacuer.

notvorrat

Qu’est-ce que les personnes handicapées devraient encore inclure à leur kits d’urgence ? (Source : Agroscope)

Vos kits doivent être préparés en fonction de vos capacités, des différentes situations et de vos besoins. Vous devez également conserver les kits dans un contenant étanche dans un endroit sûr et facile d’accès. Pour les utilisateurs de fauteuils roulants, l’ADA National Network et la Croix Rouge Américaine ont souligné quelques points supplémentaires pour être préparé aux situations d’urgence :

  • Préparer un kit de réparation ou un bidon d’enduit pour réparer les pneus à plat et/ou des chambres à air supplémentaires pour les pneus de fauteuil roulant qui ne sont pas anti-crevaison.
  • Étiqueter les équipements avec des instructions d’utilisation simples et plastifiées, par exemple sur comment passer en « roue libre » ou « mettre le point mort » de votre fauteuil roulant électrique.
  • Garder dans votre kit d’urgence les chargeurs qui peuvent être raccordés à un véhicule pour recharger la batterie.
  • Acheter une batterie supplémentaire pour le fauteuil roulant électrique et tout autre appareil médical ou de la technologie d'assistance fonctionnant sur batterie, et assurez-vous qu’elle soit toujours chargée.
  • Garder un fauteuil roulant manuel léger de secours si possible.
  • Conserver un équipement médical ou de mobilité de secours chez votre voisin, à l’école ou sur votre lieu de travail.

Personne ne doit être abandonné

Vous vous souvenez peut-être de l’ouragan Katrina qui a frappé le sud-est des États-Unis et causé plus de 1 800 morts en août 2005. Une des victimes était Benilda Caixeta, une utilisatrice de fauteuil roulant électrique atteinte de dystrophie musculaire. Dans le documentaire ci-dessous, l’ami de Benilda raconte la tragédie. Benilda a dans un premier temps été abandonnée par le conducteur qui était supposé l’évacuer vers un hôtel. La police a ensuite proposé son aide mais a refusé d’emmener son fauteuil roulant ou assistant physique. Au final, Benilda est restée où elle était et n’a pas survécu à l’inondation.

Des drames comme celui de Benilda n’auraient pas eu lieu si les personnes handicapées – soit 15 % de la population mondiale – bénéficiaient de suffisamment de soutien. La gestion des risques de catastrophe ne fonctionnerait pour tout le monde que si nous impliquions les personnes handicapées dans la planification globale des urgences pour le public – si nous écoutons leurs besoins et y répondons !

Quelle est votre niveau de préparation aux situations d’urgence ? Quelles stratégies avez-vous pour les situations d’urgence ? Quels éléments indispensables incluriez-vous dans votre kit d’urgence ?

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à commenter !

Évaluez cette publication