Avoir un handicap invisible : cadeau ou punition ?

Tous les handicaps ne sont pas visibles, et les personnes atteintes d’un « handicap invisible » se retrouvent ainsi souvent dans des situations difficiles.

On considère généralement un handicap comme invisible ou caché lorsqu’il n’est pas remarqué immédiatement. Il n’existe aucun chiffre officiel relatif au nombre de personnes souffrant d’un handicap invisible. D’après le site internet Disabled World, une source d’information en ligne indépendante sur les thèmes de la santé et du handicap, on estime qu’« environ 10 % des Américains présentent une maladie qui pourrait être considérée comme un handicap invisible ». En outre, « 96 % des personnes atteintes d’une affection chronique vivent avec une maladie qui est invisible ».

Handicaps invisibles : une prise de conscience doit s’opérer. (Source image: page Facebook de Colitis Ninja)

Parmi les handicaps invisibles les plus connus, on compte les maladies cardiaques, le syndrome de fatigue chronique, la sclérose en plaques et la colite ulcéreuse. Il n’est pas rare de regarder d’un mauvais œil une personne atteinte d’un handicap invisible devant utiliser des installations réservées aux personnes handicapées, ou même qu’on la « discipline » en lui faisant un commentaire désobligeant. Certaines personnes réagissent ainsi car elles ne sont pas conscientes de ce handicap invisible et pensent assister à un abus. C’est la raison pour laquelle les personnes atteintes d’un handicap invisible se sentent souvent stigmatisées.

De la même façon, il existe de nombreuses idées erronées concernant les lésions médullaires. Contrairement à l’idée reçue, certaines personnes atteintes d’une lésion médullaire partielle sont en réalité capables de marcher (si le terme « lésion médullaire partielle » ne vous est pas familier, jetez un coup d’œil à cet article de notre Wiki). Les personnes atteintes d’une lésion médullaire partielle sont souvent confrontées aux mêmes problèmes de santé que toutes les autres personnes atteintes d’une lésion médullaire, notamment les infections urinaires et les infections de cathéters. Toutefois, en raison de l’absence de signe visible de leur handicap – le fauteuil roulant – de nombreuses personnes sont susceptibles de les traiter comme des personnes ordinaires.

Passons maintenant à la bonne nouvelle : en début d’année, Tottenham Hotspur, l’un des meilleurs clubs de football de la Premier League en Angleterre, est devenu le premier club de football à afficher le slogan « Tous les handicaps ne sont pas visibles » dans leurs toilettes handicapées. Un article de la BBC intitulé « Why these new signs are appearing on disabled toilets » (« Pourquoi ces nouveaux écriteaux dans les toilettes handicapées? ») rapporte ce fait.

Dans cet article, deux jeunes femmes souffrant de différentes affections invisibles partagent leurs impressions sur cette action destinée à soutenir les personnes atteintes d’handicaps invisibles. Toutes deux s’accordent pour dire que cela les aiderait à expliquer leurs difficultés lorsqu’elles sont coincées dans des situations difficiles, et pourrait même aider faire évoluer les stéréotypes relatifs aux handicaps.

Des écriteaux de ce type installés dans les toilettes dans tout le Royaume-Uni. (Source image: site web de Crohn’s & Colitis UK)

En outre, d’ici 2018, plus de 2 500 supermarchés à travers le Royaume-Uni auront installé des écriteaux dans les toilettes accessibles afin de rappeler l’existence des handicaps invisibles. Cette opération a été menée dans le cadre la campagne de l’association caritative « Crohn’s and Colitis UK », qui a pour objectif de sensibiliser la population aux handicaps invisibles et de combattre la stigmatisation à cet égard. Après un immense succès dans les supermarchés, l’organisme a déjà lancé une autre campagne incitant à installer des écriteaux dans un plus grand nombre de toilettes publiques.

Vous surprenez-vous parfois à juger une personne sans fauteuil roulant qui utilise une installation ou place de parking réservée aux personnes handicapées ? Comment distinguez-vous une personne qui en a réellement besoin d’une personne sans états d’âme ? Partagez avec nous !

[traduction de la publication originale en anglais]

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Évaluez cette publication