Dans certains cas, il faut intervenir pour nettoyer et débarrasser la région du nez et du pharynx des sécrétions accumulées. Pour cela, on procède à une aspiration par le nez et, si besoin est, par la bouche. Cela est absolument nécessaire quand la personne ne peut pas se moucher comme il faut, seule ou quand elle ne peut pas se rincer la bouche.

Il faut aussi vérifier que les sondes d’intubation trachéales ne soient pas encombrées et les nettoyer en les aspirant au moins 2 à 3 fois par jour et même plus souvent encore si la personne ne peut pas expectorer ses sécrétions. Il faut désencombrer les voies respiratoires par aspiration dans les cas de figure suivants :

  • si la toux est insuffisante pour mobiliser les secrétions
  • pour s’assurer de l’absence totale d’obstruction de la sonde d’intubation trachéale
  • lorsque l’on dégonfle le ballonnet (cf. chapitre 6.05) afin d’éliminer les sécrétions accumulées au-dessus du cuff
  • en cas de risque de passage d’aliments ingérés ou régurgités dans les voies respiratoires
  • en cas de sécrétions audibles

Désencombrer les voies respiratoires par aspiration n’est pas agréable. Les personnes réalisant cette intervention doivent avoir reçu une très bonne formation afin d’éviter tout manque d’oxygène (pouvant résulter d’une aspiration durant trop longtemps), toute lésion des muqueuses et tout saignement (suite à une aspiration trop forte) ou toute introduction de germes dans les voies respiratoires (par manque d’hygiène). Elles doivent également connaître les symptômes de la stimulation du nerf vague pouvant survenir lors d’une aspiration (ralentissement de la fréquence cardiaque pouvant susciter des troubles du rythme cardiaque susceptibles d’entraîner la mort).

Selon l’endroit où est effectuée l’aspiration, il faut un matériel différent. En plus du dispositif d’aspiration, il faut :

  • pour une aspiration du nez
    • un cathéter courbe 10 CH ou 12 CH
    • un gel lubrifiant ou gel d’insensibilisation
    • une pommade pour le nez, le cas échéant
  • pour une aspiration de la bouche
    • un Yankauer1
    • un cathéter courbe ou atraumatique2
  • pour une aspiration de la sonde, de la trachée
    • un cathéter atraumatique CH 12 ou 14 (ProFlo)
    • le cas échéant, un oxymètre de pouls (appareil pour mesurer la fréquence du pouls et la saturation en oxygène)
    • des gants stériles, un masque et éven-tuellement des lunettes de protection

16 170 06 Atemmanagement FR Seite 19

Utilisation

Aspiration du nez

  • Introduire du gel dans le nez ; si on utilise un gel d’insensibilisation (gel Xylocaïne), il faut le laisser agir pendant 1 à 2 min.
  • Enduire le cathéter de gel
  • Introduire le cathéter dans le nez sans aspirer
  • Aspirer à raison de 200 mbar

Aspiration de la sonde / de la trachée

  • Introduire le cathéter et aspirer à raison de 400 mbar
  • Fluidifier les sécrétions éventuellement

Changement

  • Un cathéter d’aspiration peut être utilisé au maximum trois fois par processus d’aspiration. Il ne faut jamais aspirer les sécrétions de la trachée et du nez / de la bouche avec le même cathéter.
  • Utiliser des tuyaux, Yankauer et boutons-poussoirs neufs chaque semaine ou en cas de souillure visible.
  • Il faut aussi remplacer les flacons d’eau (pour rincer le tuyau d’aspiration après l’aspiration) une fois par semaine, ou plus souvent en cas de souillure. Il faut également changer l’eau quotidiennement.
  • Il faut éventuellement voir dans quelle mesure les principes d’hygiène peuvent être modifiés chez soi. Par contre, en milieu hospitalier ou quand on est en établissement, il faut impérativement que le milieu soit aseptisé (utilisation de matériels stérilisés, de gants de protection, etc.).

1 cathéter spécial pour désencombrer par aspiration

2 pourvu d’une extrémité spéciale pour éviter les lésions

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Évaluez cette publication