Vieillir et rester jeune

Qu’on le veuille ou non, il faut bien dire ce qui est, au fil du temps, nos cheveux se mettent à grisonner, les ridules apparaissent, nos articulations commencent à nous faire mal, on a parfois la mémoire qui flanche et, pour couronner le tout, nos performances, notre souplesse et notre vue ne sont pas fabuleuses non plus.

Que nous appartenions à la gent masculine ou féminine, le processus de vieillissement nous concerne tous. Nous devons en entrevoir les conséquences et tenir compte des facultés plus ou moins importantes que nous perdons bon an, mal an, et ce que cela signifie en termes d’autonomie.

Il va de soi que le problème du vieillissement se pose aussi aux personnes ayant une paralysie médullaire. Celles-ci ont certes une longueur d’avance sur les personnes non paralysées car elles ont déjà vécu dans leur chair ce que c’est que de se voir imposer des limites strictes par son corps. En revanche, outre les problèmes liés au vieillissement, des phénomènes d’usure peuvent apparaître plus précocement chez elles, vu l’effort physique croissant que doit fournir leur corps à cause de la lésion médullaire. Les faiblesses corporelles qui en découlent peuvent avoir d’importants retentissements sur l’autonomie de ces personnes.

En cas de problèmes, les professionnels que sont le médecin traitant, les services d’aide et de soins à domicile, la clinique de rééducation ou la ParaHelp SA peuvent intervenir pour aider à trouver des solutions. Et, en modifiant les soins ou les aides techniques, il est souvent possible de préserver l’indépendance et l’autonomie des personnes concernées.

Même si on n’a pas encore de troubles dus au vieillissement, cela vaut la peine de réfléchir à la question des « vieux jours », l’idée étant de prendre les décisions en heure et en temps – c’est-à-dire avant d’avoir atteint un âge trop avancé – et ainsi de rester acteur de sa vie.

Où vais-je pouvoir couler des jours paisibles quand j’aurai atteint le grand âge ?

En général, les gens veulent rester à la maison, c’est leur vœu le plus cher. Mais, en ce qui me concerne moi, est-ce aussi ce que je souhaite ? Suis-je encore capable de me débrouiller dans mon logement ? À qui puis-je demander de l’aide en cas de besoin ? Est-ce que je pourrai encore rester chez moi si jamais je suis davantage dépendant au niveau des soins ou s’il me faut des aides techniques supplémentaires ? Pourrai-je sortir de mon logement seul quand je ne serai plus aussi alerte ? Les administrations publiques sont-elles loin de mon domicile ? Comment pourrai-je rester en contact avec les autres si je passe le plus clair de mon temps entre mes quatres murs ?

Peut-être qu’il sera crucial pour moi d’avoir de la compagnie et de pouvoir solliciter l’appui d’un aidant à tout moment ? Serais-je prêt à déménager pour autant ? Quels sont les types d’habitat pour personnes âgées qui existent près de chez moi ?

16 170 07 Leben Liebe Arbeit Freizeit FR Seite 25

Comment organiser mes soins ?

Bien souvent, ce sont les proches qui prodiguent les soins. Mais eux aussi, ils prennent de l’âge ; à mesure que le temps passe, il se peut même que votre partenaire ne soit plus en mesure de répondre à votre besoin d’assistance qui risque d’évoluer lui aussi. Cela peut également vous obliger à reconsidérer vos conditions de logement et de soins.

Qu’est-ce qui est important à mes yeux quand je pense à mes vieux jours ?

Quelles choses seront importantes pour moi quand je serai devenu un vieu monsieur ou une vieille dame, quand ma vie touchera à sa fin ? Il est bon de discuter de ces questions avec ses proches ou avec les personnes en qui on a confiance et de le fixer par écrit sous la forme de directives anticipées. Car ce sont somme toute des questions qui ne regardent que vous et auxquelles vous êtes le seul ou la seule à pouvoir répondre. Les services d’aide et de soins à domicile, votre médecin traitant, la ParaHelp SA et ProSenectute se feront un plaisir de vous fournir tous les renseignements dont vous avez besoin.

Pendant leur phase de rééducation, les personnes ayant une paralysie médullaire acquièrent des « compétences santé » afin d’être à même d’aller chercher l’information dans les domaines de la santé et de la maladie et de pouvoir la comprendre et d’en tirer parti.

L’idéal serait que les personnes concernées en retirent aussi un avantage pour se projeter dans l’avenir, qu’elles puissent mener une vie placée sous le signe de la dignité et de l’autodétermination et avoir de beaux jours devant elles, malgré ou plutôt avec leur paralysie médullaire.

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Évaluez cette publication