Placer les artistes burlesques, et non leur fauteuil roulant, sous le feu des projecteurs

« En tant que personnes handicapées, on nous dit souvent que nous n’avons pas le droit de nous sentir sexy, que nous n’avons pas le droit d’être sexy »,

raconte Empress Eyrie au journaliste, la voix tremblante au bord des larmes. Empress est une artiste burlesque australienne, qui vit avec de nombreuses maladies, dont la fibromyalgie et l’arthrite.

Dans cet article, nous vous la présentons ainsi que deux autres femmes en fauteuil roulant qui partagent la même passion du burlesque : l’art de la performance du glamour, du jeu et de la séduction.

Tease-Able : le premier spectacle burlesque inclusif d’Australie

empress eyrie rollstuhl burlesque

La canne est à la fois une aide à la mobilité d’Empress et son accessoire lors de certains de ses spectacles burlesques. (Source : Facebook @EmpressEyrie -fanpage)

En raison de lésions nerveuses et d’autres maladies chroniques, Empress Eyrie a besoin d’une canne pour se déplacer. Elle se souvient de sa première expérience de cours de burlesque en ligne, qui étaient trop exigeants pour elle. Les professeurs ne comprenaient pas ses besoins, ce qui lui donnait l’impression d’être un fardeau.

C’est ce qui l’a incitée à lancer le premier cours de danse burlesque en présentiel d’Australie, ouvert aux personnes handicapées ou souffrant de maladies mentales, intitulé Tease-Able. Dans ce cours, chacun est encouragé à explorer ses capacités et à renforcer sa confiance en soi en pratiquant des routines burlesques chorégraphiées sur mesure. En juillet, un groupe d’étudiants de Tease-Able a fait ses débuts sur scène après huit cours de burlesque.

tease able rollstuhl burlesque

Les étudiants de Tease-Able font la promotion de leur premier spectacle burlesque. (Source : Facebook @teaseable)

Fière de ses élèves, Empress pense que les spectacles burlesques accessibles ont un impact social positif. En tant qu’artiste handicapée, elle est particulièrement satisfaite lorsque le public l’aborde après le spectacle et la remercie de l’avoir représenté et de lui avoir montré des choses dont il ne se serait jamais cru capable.

DisabiliTease : des démonstrations de force et de résilience

Little Peaches est une autre artiste burlesque australienne installée au Royaume-Uni. Elle souffre d’une maladie appelée syndrome d’Ehlers-Danlos (SED), qui affecte considérablement la stabilité et la mobilité de ses articulations.

Lorsqu’on lui a dit d’arrêter de danser en raison de son état, elle a décidé de faire passer sa passion de la danse au niveau supérieur – elle a commencé à apprendre le burlesque. En 2019, elle a lancé DisabiliTease, un spectacle burlesque avec des interprètes handicapés. Le premier spectacle à Liverpool a fait salle comble et a connu un grand succès.

Néanmoins, la mise en place de DisabiliTease a été un défi à plusieurs égards. Tout d’abord, la promotion du burlesque sur les médias sociaux est délicate, car les messages peuvent facilement être bloqués en raison de leur contenu de nudité. Deuxièmement, il est difficile de trouver un lieu accessible pour les artistes et le public en fauteuil roulant, surtout lorsque le budget est serré.

En outre, les personnes handicapées ont longtemps été sous-représentées et mal représentées dans la société, ce qui fait que les artistes handicapés doutent parfois d’eux-mêmes. Little Peaches est l’une d’entre eux. Pour cela, elle est reconnaissante envers les familles et les amis qui la soutiennent et la rassurent quand elle en a besoin. Son professeur lui rappelle toujours,

« Quand tu es là-haut (sur la scène), tu y es pour toi. Ils ont de la chance de te voir là-haut, alors empare-toi de ce pouvoir. »

little peaches rollstuhl burlesque

Little Peaches pense que les artistes burlesques en fauteuil roulant peuvent être aussi attirants que n’importe quel autre artiste burlesque. (Source : Facebook @TheOriginalDisabiliTease)

Lorsque Little Peaches est devenue une artiste burlesque en fauteuil roulant, elle a appris que son handicap ne l’empêcherait pas de vivre sa passion de la danse. Elle aime se produire dans son fauteuil roulant car cela montre au monde que vivre en fauteuil roulant n’est pas une catastrophe. Bien sûr, elle veut aussi montrer à son public que le burlesque en fauteuil roulant peut être tout aussi charmant et sexy.

Au début de l’année, Little Peaches a réalisé une vidéo dans laquelle elle apprécie son corps et s’exprime sur le concept de neutralité corporelle :

« Votre arme est votre défiance, votre entêtement, votre résilience, votre volonté de savoir qu’il n’y a pas de mal à ne pas aller bien. »

Miss Disa-Burly-Tease : accepter le handicap

Jacqueline Boxx est une artiste burlesque des États-Unis. Comme Little Peaches, elle est atteinte du syndrome SED. Mais contrairement à Little Peaches, Jacqueline a eu du mal à se produire en fauteuil roulant au début.

Influencée par ses idées capacitistes sur le handicap, Jacqueline ne voulait pas se produire en fauteuil roulant car cela signifiait qu’elle s’admettait comme « brisée ». Ce n’est qu’avec les conseils et les encouragements de ses mentors dans le cadre d’un programme burlesque qu’elle a commencé à accueillir le fauteuil roulant dans sa vie. Elle accepte son handicap à travers ses spectacles burlesques en chaise roulante. Plus tard, elle a même monté un spectacle pour défendre les personnes qui, comme elle, vivent avec un handicap invisible :

En 2017, Jacqueline est devenue la première artiste à concourir pour un titre au Burlesque Hall of Fame Weekender en fauteuil roulant. Elle présente des spectacles burlesques en fauteuil roulant dans différents pays, notamment au Virtual DisabiliTease Festival 2021. Elle organise également des ateliers et des cours pour enseigner aux personnes à mobilité réduite des mouvements burlesques adaptés, sûrs et sexy. Pour elle, la sexualité ne connaît pas de frontières.

« Ce n’est pas parce qu’on a une maladie ou un handicap qu’on ne peut pas être sexy et monter sur scène. »

Il y a une autre vidéo de Jacqueline Boxx à ce lien : https://vimeo.com/219622473/56e8b4d64a.

Comme le dit Jacqueline, son fauteuil roulant n’est pas ce qui fait d’elle une femme et une artiste handicapée. Cependant, avec son fauteuil roulant, elle peut aller plus loin et faire beaucoup plus que ce qu’elle aurait pu faire sans.

Que pensez-vous du burlesque en fauteuil roulant ? Qu’est-ce qui vous fait vous sentir sexy et attirant ?

Commentaires (0)

Il n'y a pas encore de commentaires.
Soyez le premier à commenter !

Évaluez cette publication