Guérir le handicap ou la pensée maléfique à l’égard du handicap ?

« Je me sens bien avec mon handicap. »

Beaucoup de gens savent que c’est possible. D’un autre côté, certains ont du mal à le comprendre. Ils pensent « Pourquoi quelqu’un ne voudrait-il pas être guéri ? Comment peut-il ou elle se sentir bien dans un fauteuil roulant ? » Les personnes en situation de handicap trouvent ce genre de questions plutôt irritantes, car les gens semblent oublier que la vie est faite de multiples facettes. Malgré les désagréments occasionnés par le handicap, il existe de multiples possibilités pour se sentir bien et vivre pleinement.

Parmi toutes ces possibilités, la foi joue un rôle important. Où pouvons-nous trouver la foi et comment cela fonctionne ? Reconsidérons la foi en nous penchant sur une expérience de guérison par la foi vécue par Emily Yates.

La quête de miracles

Emily Yates est née avec une infirmité motrice d'origine cérébrale et elle utilise un fauteuil roulant depuis l’âge de 9 ans. Même si elle aimerait si possible que ses cicatrices disgracieuses et ses douleurs aux pieds guérissent, elle est fière de son identité en tant que personne en situation de handicap.

Emily Yates

Reconsidérer la foi et le handicap : Emily Yates a participé à une séance de guérison par la foi en compagnie de nombreuses autres personnes qui voulaient être guéries. (Source : https://www.bbc.co.uk)

Comme beaucoup d’autres personnes en fauteuil roulant, Emily a croisé à différentes occasions à la fois des amis et des étrangers lui ayant proposé de prier avec elle ou même de la sortir de son fauteuil roulant. Ces bonnes intentions ont souvent laissé Emily perplexe. Elle s’est demandé ce qu’un tel désire de guérir une personne handicapée nous apprend sur les attitudes des gens envers le handicap. Puis, un jour, elle a rencontré John Mellor, un évangéliste guérisseur australien qui était de passage en Angleterre dans le cadre d’une tournée mondiale de guérison.

John pratique la guérison par la foi depuis des années. Il s’agit d’une pratique de prières et de gestes rituels qui, selon certains, entraîne une intervention divine menant à la guérison spirituelle et physique. Des témoignages sur la façon dont des personnes atteintes de différentes maladies et divers handicaps ont été « guéries » grâce aux prières de John sont disponibles sur son site internet et sa chaîne YouTube. John a affirmé que ses dons de guérison lui ont été conférés par Jésus après qu’il a prié et jeûné 10 jours par mois durant 5 mois. Au cours de cette période, il a imploré Dieu de se révéler dans le pouvoir de guérir ces personnes.

Avant de rencontrer John lors d’une de ses séances de guérison gratuites, Emily a regardé certaines de ses vidéos. Parmi ces vidéos, il y avait celles de gens qui avaient passé des années dans un fauteuil roulant et qui s’étaient vus dire que leur problème était incurable. Peu après les prières de John, ces personnes ont réussi à se lever de leur fauteuil roulant et à courir sur la scène. Un élan de sentiments ambivalents s’est à nouveau emparé d’Emily. Elle était assurément séduite par l’idée d’un soulagement permanent de sa douleur. Toutefois, elle avait du mal à s’imaginer ne plus vivre dans son fauteuil roulant et tout ce qui va avec. Cela reviendrait à perdre une partie d’elle-même.

Finalement, Emily a participé à la séance de John à Worthing. Des membres du public souffrant de divers problèmes ont été appelés sur la scène un par un afin d’être guéris par Dieu via la pratique religieuse de John. Beaucoup ont déclaré avoir ressenti le pouvoir de guérison immédiatement. La salle était pleine d’espoir et d’optimisme. Cela a rapidement été au tour d’Emily d’être guérie, et voici ce qui est arrivé :

Les différents actes de foi

Tandis que des miracles ont semblé se produire chez de nombreuses personnes présentes à la séance, cela n’a manifestement pas été le cas chez Emily. Comme les autres, elle a bénéficié des mêmes procédures de guérison par la foi de la part de John, qui a « chassé » les imperfections des gens, placé ses mains sur leur tête pendant qu’il priait Dieu pour qu’il les aide. Malgré l’attitude optimiste et les efforts, rien de spécial ne s’est passé chez Emily. John lui a demandé de se lever et de tenter de marcher avec l’aide de deux hommes. Elle a essayé mais a échoué en quelques secondes. John a semblé déçu du résultat et a insisté pour être informé de la moindre amélioration de l’état d’Emily après cette séance de guérison par la foi.

Alors, qu’est-ce qui n’a pas fonctionné dans l’expérience de guérison par la foi d’Emily ? Sa foi dans la guérison n’était-elle pas suffisamment forte ? Ou alors la réalité est-elle telle que beaucoup la soupçonnent : Le pouvoir de guérison par la foi a-t-il été exagéré ou, pire encore, est-ce une tromperie ?

A ce sujet, Andy Lewis, un blogueur et militant anti-médecines alternatives, a livré ses points de vue incitant à la réflexion dans la vidéo ci-dessus. Il a expliqué que « si les gens s’attendent à se sentir mieux dans une certaine situation, sachant qu’il y a une grande théâtralité dans un tel environnement et que le théâtre amplifie le côté spectaculaire, alors les gens se sentent mieux sur le moment. » Puis, il a ajouté,

« Personnellement, je ne crois pas que les gens soient des escrocs et des charlatans. Je pense qu’ils croient en ce qu’ils font. Ils se laissent peut-être emportés par leurs propres croyances et expériences, par ce qui se passe autour d’eux. Et s’ils font quoi que ce soit de mal, c’est probablement parce qu’ils ne sont peut-être pas assez circonspects quant à leurs propres capacités. »

Dans la vidéo, il y a un autre homme souffrant d’une maladie du motoneurone qui, après avoir assisté à des dizaines de séances de guérison de John, continuait à y assister alors que son état ne s’améliorait pas véritablement. Au lieu de faiblir, sa foi en la guérison semblait demeurer intense, puisqu’il a affirmé « Je suis toujours totalement convaincu que je vais aller mieux. Je ne vais pas mourir, je vais vivre et proclamer les œuvres du Seigneur. »

La foi varie d’une personne à l’autre et elle peut changer sous l’influence des connaissances et des expériences. La foi en soi n’est ni bonne ni mauvaise, mais l’acte de foi peut aboutir à différents résultats – bons ou mauvais.

Concernant la manière de continuer à guérir, John a mentionné sur son site internet, « Si vous sentez que vos symptômes réapparaissent, refusez de l’accepter. Si vous avez reçu Jésus Christ comme votre Sauveur, vous avez l’autorité de réprimander le diable et de lui ordonner de disparaître de votre vie. »

Success with Disability FR

Ce ne sont pas les maladies et handicaps en soi qui sont mauvais, mais c’est le mal qu’on en pense qui l’est. (Source : https://www.weforum.org/)

Je crois qu’il est assez important de comprendre comment « refusez de l’accepter » doit être interprété. Il faut toujours se méfier des personnes ou méthodes de guérison qui encouragent la négligence médicale ou prétendent n’avoir aucun effet indésirable et être bien plus efficaces que toutes les autres méthodes. Dans tous les cas, il faut impérativement demander conseil à des médecins ou à d’autres professionnels de la santé qualifiés pour les questions ayant trait à un problème médical.

Au lieu de dénier la maladie ou le handicap comme si c’était le diable, il est possible de se mettre en quête de paix intérieure pour vivre avec la maladie et le handicap. Personne ne souhaite être malade ou handicapé, mais cela ne signifie pas que la maladie et le handicap sont mauvais. Ce qui est véritablement mauvais, c’est le nombre de personnes dans notre société qui pensent que la vie est belle uniquement si nous n’avons ni maladies ni handicaps.

Que pensez-vous des guérisseurs ? Quelle est votre foi en la guérison ?

[traduction de la publication originale en anglais]

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Évaluez cette publication