Sensibilité réduite, qu’entend-on par-là ?

La sensibilité est notre cinquième sens, c’est notre faculté de percevoir. Contrairement aux quatre autres, la sensibilité n’a pas d’organe sensoriel qui lui est propre, comme l’œil pour voir par exemple. Ce système sensible reçoit des informations grâce à une multitude de terminaisons nerveuses et de récepteurs1 répartis dans tout le corps. Il nous relaie les informations que notre corps nous envoie en rapport avec la pression, la dilatation, la vibration, la température ou la douleur. Ces retours d’informations proviennent de différents endroits du corps : de la peau et des muqueuses, des organes internes ou du système musculo-squelettique (positionnement des articulations, tension des muscles).

La sensibilité est un système d’alerte important de notre corps. Quand celle-ci est totalement ou partiellement défaillante, nous n’obtenons pas les informations qui nous avertissent des dangers. Chez les personnes blessées médullaires, ce signal d’alarme essentiel ne fonctionne pas à cause de leur sensibilité réduite, ce qui peut entraîner diverses complications.

Dangers en cas de sensibilité réduite ou inexistante

Points de pression (escarres)

Lorsque la sensibilité est réduite ou inexistante, le risque de développer des escarres est particulièrement élevé chez les personnes blessées médullaires.

Brûlures dues à une source de chaleur excessive et au contact d’objets brûlants ou de surfaces chaudes

L’emploi de la chaleur pour soigner compte parmi les pratiques médicales les plus anciennes. La médecine occidentale dite conventionnelle et la médecine douce y ont également recours. D’ailleurs, à peu près tout le monde sait se servir d’une bouillotte, d’un coussin de noyaux de cerises, d’un coussin chauffant, d’une couverture chauffante, de la lumière rouge, de compresses chaudes et de cataplasmes vu que l’on a bien souvent ce qu’il faut à la maison. Ces procédés thermiques procurent en général une sensation agréable, relaxante ou revigorante. Mais l’utilisation de ces sources de chaleur n’est pas sans danger quand on a des troubles de la sensibilité à la chaleur car on court le risque de se brûler ou de s’ébouillanter.

Par ailleurs, il existe de nombreuses situations au quotidien où nous touchons des objets brûlants ou des surfaces chaudes. Quand on n’est pas sensible au chaud, il faut donc être extrêmement vigilant, notamment

  • quand on prend sa douche ou un bain (attention aux variations de température!)
  • avec le siphon du lavabo
  • quand on utilise un coussin chauffant ou une bouillotte
  • quand on transporte des objets bouillants sur ses jambes (protection entre l’objet bouillant et les jambes indispensable!)
  • avec les surfaces qui absorbent la chaleur (chaise longue, sable, etc.)

16 170 05 Koerperfuersorge FR Seite 11

Le soleil

La perception du chaud et du froid est grandement modifiée en cas de sensibilité limitée. Cela peut entraîner une hyperthermie (augmentation excessive de la température du corps) ou une hypothermie (abaissement de la température du corps au-dessous de la normale). Les personnes ayant une paralysie haute, les tétraplégiques notamment, ont souvent la sensation d’avoir froid, elles s’habillent en conséquence (portent des vêtements trop chauds) et se réjouissent de pouvoir se réchauffer au soleil.

Mais le soleil a aussi de mauvais côtés ; les rayons ultraviolets peuvent endommager la peau (coup de soleil) et la chaleur, conduire à une hyperthermie (coup de chaleur). S’exposer de manière prolongée au soleil favorise le vieillissement précoce de la peau ainsi que de nombreuses autres altérations de la peau et peut même être cancérigène (cancer de la peau).

Après avoir passé un certain temps dehors, examinez votre peau pour voir si elle n’a pas subi d’éventuelles altérations. Une bonne protection solaire (chapeau, lunettes de soleil et crème solaire) est vivement recommandée.

16 170 05 Koerperfuersorge FR Seite 12

Régulation thermique

La personne humaine régule la température de son corps, notamment par la transpiration. On se met à transpirer quand la température de l’air atteint les 30 °C. Chez les personnes qui ont une lésion de la moelle épinière, cette transpiration nécessaire à la régulation de la température du corps n’est possible que dans les zones du corps non touchées par la paralysie. Par conséquent, la régulation est fortement réduite, surtout chez les personnes tétraplégiques ; elle ne suffit pas pour maintenir le corps à une température normale lorsque ces personnes s’exposent à des températures élevées.

À cause de la paralysie médullaire, le système nerveux végétatif ne réussit pas à contrôler comme il faut les mécanismes régulant la température (production et perte de chaleur) comme l’irrigation sanguine de la peau, la transpiration, la redistribution du sang des viscères aux muscles et le tremblement musculaire. Cela peut conduire à une hypothermie ou à une hyperthermie. Les causes peuvent être une température ambiante trop élevée, une exposition au soleil excessive ou des vêtements inappropriés. À noter que les personnes tétraplégiques notamment doivent impérativement tenir compte de la température ambiante et faire très attention non seulement quand elles vont dans les pays chauds mais aussi en Suisse l’été.

Les aspects suivants sont importants et pour les personnes tétraplégiques et pour les personnes paraplégiques :

La déshydratation

Quand on transpire beaucoup, il faut boire davantage, la règle de base étant d’éliminer par la vessie au moins 1,5 litre d’urine par jour. Cela permet aussi de prévenir le risque de thrombose et d’infection des voies urinaires.

Les thromboses

Le risque de thrombose est accru pendant la saison chaude. Il faut boire une quantité de liquide suffisante et porter des bas de contention à titre de prévention. De plus, il est très important de contrôler tous les jours si les membres inférieurs présentent une rougeur, des signes d’hyperthermie, un gonflement ou des œdèmes, car ce sont les signes avant-coureurs d’une thrombose.

Les points de pression (escarres)

Quand on transpire, on a la peau humide, ce qui augmente le risque de formation d’escarres. Soulever ou déplacer le poids de son corps sur un côté du fauteuil roulant pour soulager les parties comprimées du corps est une mesure de prévention très importante. Il ne faut pas garder de vêtements humides sur soi et ne pas oublier non plus de contrôler sa peau.

Les médicaments

Les personnes prenant des anticholinergiques comme le Ditropan® (contre le phénomène de la vessie hyperactive) ou le Buscopan® (contre le phénomène des crampes au ventre et de la constipation spastique) transpirent moins et doivent donc faire très attention lorsqu’elles s’exposent au soleil. Consulter la notice du médicament pris pour savoir si la sensibilité de la peau à la lumière augmente après avoir pris le médicament.

Mesures à prendre les jours de canicule

  • Avoir à portée de main un atomiseur pour s’asperger d’eau en cas d’hyperthermie et faire face à la dérégulation de la transpiration
  • Toujours se couvrir la tête
  • Boire beaucoup
  • Éviter la chaleur
  • Porter des vêtements légers
  • Utiliser un ventilateur portatif

16 170 05 Koerperfuersorge FR Seite 12 2

L’hypothermie peut également avoir des conséquences gravissimes pour le corps et peut même s’accompagner d’une perte de connaissance. Il faut donc que vous soyez très vigilant lorsque vous êtes dehors pendant la froide saison, notamment quand vous vous promenez ou quand vous faites du ski.

Que dois-je faire si je remarque que mon corps est en hyperthermie ?

Aspergez-vous avec un atomiseur vaporisant de l’eau fraîche (bidon vaporisateur pour les plantes), cela peut être d’une aide précieuse. Parallèlement, il est très important de boire en quantité suffisante. Évitez systématiquement de rester en plein soleil.

Vaut-il mieux utiliser un coussin chauffant électrique plutôt qu’une bouillotte ?

Les coussins chauffants électriques aussi peuvent être brûlants ; c’est pourquoi il faut faire très attention à quel endroit du corps on les place. En principe, la règle est la suivante : utilisez-les uniquement sur les zones dans lesquelles vous avez gardé votre sensibilité.

Est-ce qu’un tétraplégique peut quand même aller dans les pays chauds ?

Oui, cela devrait être possible à condition de respecter les aspects développés à la page précédante. Mais tous les tétraplégiques ne supportent pas la chaleur de la même manière. Si vous avez des problèmes de tension à cause de la chaleur, buvez des boissons isotoniques, elles peuvent être d’une grande aide.

1 cellule dont le propre est de transmettre les stimuli

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Évaluez cette publication