L'affection handicapée

Amoureux de la personne handicapée ou du handicap ?

« Je t'apprécie vraiment. Tu es une véritable source d'inspiration. »

« Je te trouve si sexy dans ton fauteuil roulant. »

Beaucoup de gens diraient que ce sont des choses à ne pas dire à des utilisateurs de fauteuil roulant et à des personnes en situation de handicap. Toutefois, certains trouvent qu'une telle admiration est acceptable voire stimulante. En réalité, il peut s’agir d’amour véritable, mais aussi de fétichisme.

Personnes avec des intérêts sexuels spéciaux

Le Cambridge Dictionary définit le terme anglais « devotee », littéralement « adepte », comme « une personne qui admire fortement une personne en particulier ou s’intéresse extrêmement à un sujet ». Adeptes d'une pop star, adeptes d'un sport ou adeptes d'un mode de vie – ils sont partout et sont souvent considérés comme normaux.

Toutefois, il existe un certain nombre d'adeptes qui sont considérés comme immoraux, car ils éprouvent une attirance sexuelle pour des objets ou caractéristiques non conventionnels, tels que les handicaps et les fauteuils roulants ; ils sont connus sous le nom de « devotees » en français.

1 us amputee snowboarder brenna huckaby

Les personnes éprouvant une attirance pour le handicap peuvent avoir un avis différent sur ce qui est sexy dans cette photo. (Source : https://www.mid-day.com/articles/us-amputee-snowboarder-brenna-huckaby-wants-women-to-feel-powerful-and-sexy/19079181)

Les gens ont tendance à découvrir les devotees à travers les médias sociaux ou sur les plateformes de rencontre en ligne. Dans l'un de nos précédents billets de blog, nous avons mentionné que les personnes hésitaient souvent à révéler leur handicap à leur conquête en ligne ou se demandaient à quel moment le faire. Venessa Parekh, une utilisatrice de fauteuil roulant, n'a pas éprouvé une telle hésitation. Elle a choisi de mentionner dans son profil de rencontre en ligne qu’elle utilisait un fauteuil roulant, pensant que cela pourrait lui servir de première ligne de défense. Elle a expliqué « Je pensais que cela tiendrait à l’écart tous les pauvres types et me préserverait de l'agression visuelle infligée par les parties intimes d'un étranger. » Toutefois, ce n’était qu’en partie la bonne décision. En effet, des mois plus tard, quelqu'un lui a envoyé le message suivant :

« As-tu toujours utilisé un fauteuil roulant ? Je trouve que c’est très sexy. »

Voici une autre expérience absurde : Laura Beck, qui est devenue paralysée en 2016, a retrouvé une de ses vidéos personnelles sur un site pornographique. Ce qui l’a déconcertée et dérangée, c’est que la vidéo n’avait rien à voir avec le sexe, elle montrait simplement comment Laura était transférée d'une voiture à un fauteuil roulant.

Apprendre à connaître le fétichisme du handicap

Si vous avez lu notre précédent billet de blog sur la guérison par la foi, vous vous souvenez probablement d’Emily Yates. Journaliste et présentatrice de télévision, elle est née avec une infirmité motrice d'origine cérébrale et elle utilise un fauteuil roulant depuis l’âge de 9 ans. Sa première rencontre avec des devotees a aussi eu lieu en ligne.

Un jour, Emily a publié sur sa page Facebook une photo d’elle en fauteuil roulant sur laquelle elle était bien habillée à l’occasion du bal annuel de l’université. quelqu’un a laissé un commentaire inattendu sous la photo : « la jolie handicapée ». Au début, Emily s’est sentie choquée et offensée. Plus tard, avec des pistes fournies par ses amis et de par ses propres recherches, elle a découvert le monde en ligne des devotees.

Avec l'équipe de production de la BBC Three, Emily a rencontré quelques personnes, y compris des devotees et une travailleuse du sexe en fauteuil roulant, afin d’en apprendre davantage sur leurs pensées et expériences par rapport au fétichisme du handicap.

Expériences personnelles avec des devotees

Les deux devotees qu’Emily a personnellement rencontrés partageaient un point commun : ils ont tous deux pris conscience de leur désir pour les personnes en situation de handicap dès le jeune âge. Alors que d'autres personnes se sentent désolées pour les personnes avec des handicaps ou perdent leur intérêt pour elles, les devotees, eux, les trouvent particulièrement attrayantes et belles. Ils voient les aides à la mobilité, comme les fauteuils roulants et les béquilles, comme des accessoires de beauté et seraient même prêts à les utiliser eux-mêmes bien qu'ils n'aient pas de handicap physique.

L'une des devotees a dit à Emily que son attirance pour les handicaps était si forte qu’elle pouvait uniquement être excitée sexuellement par des personnes avec des handicaps manifestes. Dans les scénarios extrêmes, lorsque le handicap de son partenaire n’est pas apparent au lit, elle doit regarder les aides à la mobilité pour obtenir une excitation sexuelle.

En fait, une attirance aussi intense pour le handicap ne semble pas être rare. Leah Caprice, surnommée « ParaPrincess », s’est confiée à Emily sur le fait que certaines personnes s'intéressaient à elle en raison de son handicap et non pas pour son sex-appeal.

Après être devenue utilisatrice de fauteuil roulant à la fin 2008, Leah a continué à travailler dans l'industrie du sexe. Elle produit principalement des vidéos pornographiques d’elle-même. A un moment donné, elle a réalisé qu'un certain nombre de personnes étaient tout aussi excitées sexuellement, voire plus, par ses vidéos ordinaires, la montrant par exemple en train de laver une voiture ou d’enfiler des collants. Elle a dit « Ce n’est pas du sexe qu'ils (les devotees) veulent voir. Ils veulent voir du handicap. »

Ne pas tomber dans le mauvais côté du fétichisme du handicap

Après de nombreuses discussions à la fois en ligne et hors ligne, Emily trouve que le fétichisme du handicap n’est pas totalement négatif. Bien sûr, elle est toujours contrariée par les gens qui prennent plaisir à regarder le combat quotidien des personnes avec des handicaps et en retirent une excitation sexuelle. Toutefois, elle comprend également que pour certaines personnes, le fétichisme du handicap est plutôt inné. Ces devotees voient sans doute plus que quiconque d'autre les personnes en situation de handicap comme des égaux et pourtant, la majorité d’entre eux subissent une stigmatisation sociale. Emily espère qu'une discussion ouverte à propos du fétichisme du handicap puisse aider les personnes avec ou sans handicap à reconsidérer leurs intérêts sexuels et décisions.

De la même façon, Kath Duncan, une femme amputée et militante pour les droits des personnes en situation de handicap, a partagé son expérience avec les devotees. Elle a déclaré que ses relations avec des devotees ont changé son attitude par rapport à elle-même :

« J'ai commencé à me voir et à voir mon corps différemment et j'ai découvert les potentiels incroyables de ma sensualité lorsque j’utilise mes moignons, alors qu’auparavant, je me sentais mal à l’aise quant à leur place dans mes expériences sexuelles. »

2 kath duncan luxville dolls mistress iris performing arts

Plus sûre d’elle depuis qu’elle a fréquenté certains devotees, Kath Duncan se voit différemment et se sent plus à l'aise par rapport à ses handicaps. (Source : http://www.luxville.me/works/mistress-iris/)

Dans tous les cas, les gens devraient être extrêmement vigilants quant à leurs limites lorsqu'ils sont confrontés au fétichisme du handicap. Les experts mettent en garde contre le potentiel élevé du fétichisme du handicap à virer rapidement à l’abus, ce qui peut empêcher le développement d'une relation de bienveillance mutuelle. Par conséquent, tout comportement déshumanisant, tel que l'obstruction à l'indépendance d'une personne et l’objectification non consensuelle, devrait toujours être rejeté ou réfréné.

Quelles sont vos expériences du fétichisme du handicap ? Comment réagiriez-vous à l'attirance pour le handicap ?

Comments (0)

There are no comments posted here yet

Évaluez cette publication